top of page
Naturopathe et massages
  • Facebook
  • Instagram

Naturopathe
 

& Praticienne en massages bien-être 
 

Naturopathe & Massages bien-être à Noisiel
(Seine et marne 77)

Fertilité: Les facteurs aggravants

Dernière mise à jour : 4 avr. 2023

Après avoir lu mon article précédent "Alimentation et Fertilité", vous savez maintenant que l’alimentation joue un rôle majeur dans votre fertilité :) et qu’en changeant certaines habitudes alimentaires, on pourrait augmenter de 10 à 20% le nombre de grossesses spontanées. Mais l'alimentation n’est pas le seul facteur, bien d’autres sont sous-estimés, je vous en dis un peu plus par ici.


Le poids


Que ce soit chez la femme ou l’homme, être en surpoids ou dans la maigreur, le problème de poids peut entrainer une baisse de la fertilité. En 2020, une étude a montré que près de la moitié des français (47%) sont en surpoids et que 17% sont obèses.


Pourquoi ?

Allons voir du côté des hormones. Le taux de graisse corporelle impacte la production de nombreuses hormones notamment la gonadolibérine (GnRH = Gonadotropin Releasing Hormone). Cette hormone active la sécrétion de deux autres hormones, la LH (Luteinizing Hormone) et la FSH (Follicle Stimulating Hormone), nécessaires au bon développement des ovules et des spermatozoïdes.

Des études récentes ont montré que les hommes souffrant d’obésité produisaient un sperme de moins bonne qualité et de plus faible quantité que ceux de poids normal. On y associerait également une baisse du niveau de testostérone et donc des troubles érectiles plus importants.


Le mode de vie et l’environnement


Nous le savons, notre mode de vie et notre environnement actuels impactent grandement la santé et donc la fertilité des femmes et des hommes.



Pesticides et métaux lourds

Les organochlorés, les organophosporés, les hydrocarbures, les métaux lourds (arsenic, plomb, mercure, aluminium...) sont soupçonnés d'être responsables d'une baisse de la fertilité chez les deux sexes par interaction avec l'axe hypothalamo-hypophysaire (composante du système nerveux central intervenant dans la régulation des grandes fonctions physiologiques).

Chez la femme, cela pourrait entrainer des fausses couches et un dérèglement des cycles. Chez l'homme, une diminution de la qualité du sperme.


Perturabateurs endocriniens

Produits ménagers, peintures, meubles neufs, lessives, matières plastiques, emballages alimentaires, vêtements neufs, parfums, shampoings, déodorants, cosmétiques, colorations pour cheveux... tous ces produits sont composés de molécules toxiques (bisphénol A, aluminium, parabènes, pesticides...). Ils joueraient un rôle dans les troubles de la fertilité en perturbant l'équilibre hormonal chez les deux sexes. Privilégier les produits biologiques, les vêtements et meubles de seconde main lorsque c'est possible, le verre, le bois, la bambou, le papier pour remplacer l'aluminium et le plastique.


Ondes et téléphones portables

Ils sont partout, on ne peut plus y échapper, les antennes, les téléphones portables, les tablettes, les ordinateurs, les box internet...Ils émettent des ondes qui semblent néfastes pour la fertilité.

Messieurs, éviter de garder votre portable dans votre poche proche des organes génitaux, une étude hongroise a démontré que leur rayonnement endommagerait l'ADN des cellules des testicules qui produisent la testostérone et des tubes seminifères où le sperme est produit. La rigueur est de mise également chez la femme enceinte (pas de téléphone près du ventre) et les adolescents.

L'utilisation du téléphone doit être modérée et l'emploi d'une oreillette ou d'écouteurs à fils est recommandé.


Sport intensif

Une activité physique est bénéfique, oui mais modérée! Chez la femme, une pratique intensive impacterait la qualité ovulatoire du cycle jusqu'à même observer une absence de règles. Chez l'homme, une activité intensive, en particulier avec les sports d'endurance (course à pied, natation, cyclisme...), impacterait significativement la morphologie, la densité et la motilité des spermatozoides.


Activité professionnelle

Certaines professions sont plus propices à nuire à la fertilité, surtout chez l'homme. Partez du principe que toutes les professions où l'homme est exposé quotidiennement à une source de chaleur (cuisinier, boulanger, souffleur de verre...) de produits chimiques, d'ondes, de radiation, doivent consulter un spécialiste de la fertilité dans un projet d'enfant.

En effet, la chaleur au niveau des testicules réduit la fertilité en dégradant la qualité du sperme. Messieurs, éviter les sous-vêtements et pantalons trop serrés, hammam, jacuzzis, saunas, les bains chauds prolongés, les positions assises trop longues.


Stress

Le stress est une réponse physiologique normale de l'organisme à des stimuli externes, tels que des situations difficiles, des événements imprévus ou des changements majeurs dans la vie. Bien que le stress puisse être bénéfique dans certaines situations, un niveau élevé de stress prolongé peut avoir des conséquences néfastes sur la santé physique et mentale, y compris sur la fertilité.

La fertilité est un processus complexe qui dépend de nombreux facteurs, notamment la qualité des ovules et des spermatozoïdes, la régularité du cycle menstruel, l'état de santé général, l'âge et les niveaux hormonaux. Des études ont montré que le stress peut affecter chacun de ces facteurs, compromettant ainsi la fertilité.


Le stress peut perturber le cycle menstruel en affectant les hormones qui régulent l'ovulation. Des niveaux élevés de stress peuvent augmenter la production de cortisol, une hormone produite par les glandes surrénales en réponse au stress, qui peut inhiber la production de l'hormone lutéinisante (LH) et de l'hormone folliculo-stimulante (FSH), nécessaires pour déclencher l'ovulation.

Les femmes ayant des niveaux élevés de cortisol ont souvent des cycles menstruels irréguliers ou absents, ce qui peut rendre la conception plus difficile.

Le stress peut également affecter la qualité des ovules et des spermatozoïdes. Des niveaux élevés de cortisol peuvent endommager les cellules germinales, entraînant une diminution de la qualité des ovules et des spermatozoïdes. De plus, le stress peut affecter la motilité des spermatozoïdes, ce qui peut rendre la fécondation plus difficile.

Enfin, le stress peut affecter le comportement et les habitudes de vie, tels que le régime alimentaire, l'exercice physique et la consommation de substances nocives comme l'alcool et le tabac, qui peuvent également avoir un impact sur la fertilité.



Que peut-on faire pour réduire le stress et améliorer la fertilité ?

Il existe plusieurs stratégies efficaces pour réduire le stress, notamment :

  1. La respiration profonde : Prenez le temps de respirer profondément et lentement pendant quelques minutes. Cela aide à ralentir le rythme cardiaque et à calmer l'esprit.

  2. La méditation : Prenez quelques minutes chaque jour pour vous asseoir dans un endroit calme et concentrer votre attention sur votre respiration ou sur un mantra. Cela peut aider à réduire le stress et à améliorer la clarté mentale.

  3. L'exercice régulier : L'exercice est un excellent moyen de libérer les tensions et de réduire le stress. Essayez de faire de l'exercice modéré pendant au moins 30 minutes par jour.

  4. Une alimentation équilibrée : Avoir une alimentation saine et équilibrée peut aider à réduire les niveaux de stress. Évitez les aliments transformés et les sucres raffinés et privilégiez les fruits, les légumes et les protéines maigres.

  5. Certains compléments alimentaires, je vous recommande le "Methyl'same" de chez Copmed pour prévenir les dysfonctionnements de méthylation et tous leurs effets délétères, il est important de veiller à ce que les cellules disposent d’une source suffisante de nutriments et de micronutriments essentiels à une bonne méthylation lors d'un projet bébé ou lors de la grossesse

  6. Dormir suffisamment : Le manque de sommeil peut être un facteur de stress important. Essayez de dormir entre 7 et 8 heures chaque nuit pour vous sentir bien reposé.

  7. La pratique de loisirs : Faites quelque chose qui vous plaît et qui vous permet de vous détendre. Que ce soit la lecture, la musique, la danse ou toute autre activité, cela peut vous aider à réduire le stress et à vous sentir plus heureux.

  8. Le temps passé avec les amis et la famille : Passer du temps avec des personnes que vous aimez et en qui vous avez confiance peut aider à réduire le stress et à vous sentir davantage connecté aux autres.

N'oubliez pas qu'il n'y a pas de solution universelle pour la gestion du stress. Essayez différentes stratégies pour trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous.


Médicaments


Certains médicaments peuvent avoir un impact sur la fertilité, que ce soit chez les hommes ou chez les femmes. Voici quelques exemples de médicaments qui peuvent affecter la fertilité :

  1. Les antidépresseurs : Certains antidépresseurs peuvent altérer la libido et la qualité du sperme chez les hommes, ainsi que la fonction ovulatoire chez les femmes.

  2. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) : Les AINS peuvent affecter la fonction ovarienne chez les femmes et la qualité du sperme chez les hommes.

  3. Les antibiotiques : Certains antibiotiques peuvent altérer la qualité du sperme chez les hommes.

  4. Les médicaments contre le cancer : Les traitements contre le cancer peuvent affecter la fertilité en endommageant les ovaires ou les testicules.

  5. Les médicaments contre l'hypertension artérielle : Certains médicaments contre l'hypertension artérielle peuvent affecter la fonction érectile chez les hommes.

Si vous essayez de concevoir, il est important de discuter avec votre médecin de tous les médicaments que vous prenez afin de déterminer s'ils peuvent affecter votre fertilité. Il existe souvent des options de traitement alternatives qui peuvent être utilisées pour éviter ou minimiser les effets sur la fertilité.


Tabac

Fumer peut avoir un impact négatif sur la fertilité, tant chez les hommes que chez les femmes. Voici quelques exemples des effets du tabagisme sur la fertilité :

  1. Chez les femmes : Fumer peut réduire la quantité d'œufs disponibles pour la fécondation, affecter la qualité des ovocytes et réduire les chances de conception. Fumer pendant la grossesse peut également augmenter le risque de fausse couche, de naissance prématurée et de faible poids à la naissance.

  2. Chez les hommes : Fumer peut affecter la qualité du sperme en en réduisant la quantité produite et en altérant sa mobilité et sa morphologie. Le tabagisme peut également entraîner une diminution de la libido et une dysfonction érectile.

Je vous en parle un peu plus dans une publication sur mon compte intagram. Il est important de noter que les effets du tabagisme sur la fertilité peuvent être réversibles si l'on arrête de fumer. Si vous avez des difficultés à arrêter de fumer, discutez avec votre médecin ou un professionnel de la santé pour obtenir de l'aide.


Cannabis

Les études scientifiques sur l'impact du cannabis sur la fertilité humaine ont donné des résultats mitigés et il y a encore beaucoup de débats sur le sujet. Cependant, certains résultats suggèrent que la consommation régulière de cannabis peut avoir des effets négatifs sur la fertilité masculine et féminine.


Chez les hommes, la consommation de cannabis peut réduire la production de spermatozoïdes et affecter leur mobilité, leur morphologie et leur fonction. De plus, la consommation de cannabis peut également altérer la fonction sexuelle masculine, entraînant une diminution de la libido et des problèmes d'érection.


Chez les femmes, la consommation régulière de cannabis peut perturber le cycle menstruel et entraîner des changements hormonaux qui peuvent affecter la fertilité. En outre, la consommation de cannabis pendant la grossesse peut augmenter le risque de complications pour le fœtus, y compris un risque plus élevé de fausse couche, de prématurité et de faible poidsà la naissance.


Il est important de noter que les effets du cannabis sur la fertilité peuvent varier en fonction de facteurs tels que la fréquence et la durée de la consommation, la dose consommée et la méthode d'administration. Si vous envisagez d'avoir des enfants, il est recommandé de parler à votre médecin de l'utilisation du cannabis et de ses effets potentiels sur la fertilité.


Alcool



Chez les hommes, la consommation d'alcool peut entraîner une diminution de la production de testostérone et affecter la qualité et la quantité de spermatozoïdes produits.

Chez les femmes, l'alcool peut perturber le cycle menstruel et entraîner des changements hormonaux qui peuvent affecter la fertilité. De plus, la consommation d'alcool pendant la grossesse peut entraîner des complications pour le fœtus, y compris le syndrome d'alcoolisation fœtale (SAF) qui peut causer des anomalies congénitales et un retard de croissance.


Il est important de noter que les effets de l'alcool sur la fertilité peuvent varier en fonction de la quantité d'alcool consommée, de la fréquence et de la durée de la consommation, et de la tolérance individuelle.

Il est recommandé de limiter ou d'éviter la consommation d'alcool si vous envisagez de concevoir un enfant, ou si vous êtes enceinte ou allaitante. Si vous avez des préoccupations ou des questions concernant l'alcool et la fertilité, consultez un professionnel de la santé.


Vous avez repéré un ou plusieurs points à changer ? Vous avez des questions ? N'hésitez pas à me contacter.


Prenez soin de vous.


留言


bottom of page