top of page
Naturopathe et massages
  • Facebook
  • Instagram

Naturopathe
 

& Praticienne en massages bien-être 
 

Naturopathe & Massages bien-être à Noisiel
(Seine et marne 77)

L'infertilité féminine et ses principales causes

Les médecins parlent d'infertilité lorsque, en l'absence de toute contraception et malgré des rapports réguliers (au moins 2 à 3 fois par semaine), un couple ne réussit pas à concevoir un enfant au bout de 12 à 18 mois.


Dans 30% des cas, l'infertilité est d'origine féminine

Dans 20% des cas, elle est d'origine masculine

Dans 40% des cas, elle est mixte

Dans 10% des cas, elle est inexpliquée


La fertilité féminine est un sujet complexe qui peut être influencé par plusieurs facteurs.

Dans cet article, nous allons explorer les causes de la fertilité féminine et discuter des facteurs qui peuvent affecter la capacité d’une femme à concevoir.


L'âge


L’âge est un facteur crucial qui influe sur la fertilité féminine. La fertilité féminine commence à diminuer naturellement après l’âge de 30 ans, et ce déclin s’accélère après l’âge de 35 ans. En effet, à partir de cet âge, la quantité et la qualité des ovules diminuent, ce qui rend plus difficile la conception. Il est donc important de considérer l’âge lors de la planification de la grossesse, car le temps peut être un facteur critique pour la fertilité.

La probabilité d'avoir un enfant est de

25% par cycle à 25 ans

12% par cycle à 35 ans

6% par cycle à 40 ans

Très faible au delà de 45 ans


les troubles hormonaux


Les troubles hormonaux tels que le syndrome des ovaires polykystiques (SOPK) peuvent affecter la fertilité féminine. Dans le SOPK, les ovaires produisent des niveaux élevés d’hormones mâles, ce qui peut entraîner des irrégularités menstruelles, des ovulations irrégulières et une difficulté à concevoir. D’autres troubles hormonaux tels que l’hypothyroïdie (insuffisance ou absence de sécrétion de la glande thyroide) ou l’hyperprolactinémie (excès de prolactine, hormone liée à l'allaitement), cet excès engendre un déréglement dans l'ovulation. L'insuffisance ovarienne, c'est à dire, une absence d'ovulation, peut découler d'une anomaile des chromosomes ou être liée à un traitement médical ou chirurgical. L'adénome hypophysaire à prolactine, est une sécrétion hormonale absente ou anormale qui peut être dûe à une activité sportive intensive, de la malnutrition, un choc émotionnel.

Certaines maladies auto-immunes favorisent une altération prématurée de la fonction ovarienne : diabète, lupus, insuffisance surrénalienne...






Les troubles morphologiques


Les trompes peuvent être alterées ou obsturées, ce qui va empêcher la rencontre des gamètes mâles et femelles. Cette obstruction peut être dûe à une IST (infections sexuellement transmissibles), une intervention chirurgicale, une malformation, une grossesse extra-utérine ou une ligature des trompes.

Une anomalie de la paroi de l'utérus, lieu où doit s'implanter l'embryon (myome, polype, endométrite (inflammation de l'endomètre), malformation utérine)

Une anomalie du col de l'utérus via des infections ou des traitements de lésions du col, ce qui perturbe une bonne sécrétion de la glaire cervicale.


L'endométriose


L'endométriose est une affection gynécologique dans laquelle le tissu qui tapisse normalement l'intérieur de l'utérus (appelé l'endomètre) se développe à l'extérieur de l'utérus, sur d'autres organes du corps. Cette croissance peut se produire sur les ovaires, les trompes de Fallope, le péritoine (la membrane qui tapisse la cavité abdominale), le rectum, la vessie ou d'autres parties du corps.

Elle entraine parfois l'obstruction des trompes, des troubles de l'ovulation et de l'implantation.


Maladies sexuellement transmissibles


Certaines maladies sexuellement transmissibles telles que la chlamydia et la gonorrhée peuvent entraîner des dommages aux trompes de Fallope, ce qui peut rendre difficile la conception. Il est donc important de pratiquer des rapports sexuels protégés et de subir régulièrement des dépistages pour détecter les MST.


Facteurs liés au style de vie


Comme nous l'avions vu dans mon article précédent "Fertilité : les facteurs aggravants", le mode de vie joue un rôle important dans la fertilité. Le tabagisme, la consommation excessive d’alcool et la toxicomanie peuvent affecter la fertilité fémine. De plus, un régime alimentaire déséquilibré et une activité physique insuffisante ou trop intense peuvent également contribuer à des problèmes de fertilité.


Facteurs génétiques


Certains facteurs génétiques peuvent également affecter la fertilité féminine. Par exemple, le syndrome de Turner, une maladie génétique rare, peut entraîner une insuffisance ovarienne prématurée, qui se traduit par une diminution de la fonction ovarienne et de la production d’œufs. Les femmes atteintes de cette maladie ont souvent des difficultés à concevoir.


En conclusion, la fertilité féminine peut être affectée par de nombreux facteurs. L’âge, les troubles hormonaux, les facteurs liés au mode de vie, les MST et les facteurs génétiques peuvent tous jouer un rôle dans la capacité d’une femme à concevoir. Il est important de prendre en compte ces facteurs lors de la planification d’une grossesse et de travailler avec un professionnel de la santé pour résoudre tout problème de fertilité.

La naturopathie peut vous accompagner dans la plupart des facteurs cités, n'hésitez pas à me contacter.

Comments


bottom of page